Release details

2019-02-13 07:30 CET
  • Print
  • Share Share
en fr

REXEL : RESULTATS DU 4EME TRIMESTRE ET DE L'ANNEE 2018

RÉSULTATS DU 4ème TRIMESTRE ET DE L'ANNÉE 2018

OBJECTIFS 2018 ATTEINTS

HAUSSE DE L'EBITA AJUSTÉ DE +6,1% ET CROISSANCE A 2 CHIFFRES DU RÉSULTAT NET RECURRENT

AUGMENTATION DU DIVIDENDE PROPOSÉ A 0,44€ PAR ACTION

OBJECTIFS ANNUELS DE 2018 ATTEINTS

  • Ventes de 13,37 Mds€, en hausse de 3,5%, en données comparables et à nombre de jours constant
  • EBITA ajusté de 608,3M€, en progression de 6,1%
  • Ratio d'endettement de 2,67x, en amélioration de 17 points de base

VENTES DE 3,497 Mds€ AU T4

  • En données comparables et à nombre de jours constant, les ventes sont en hausse de 1,9% dont :
    • Europe : -0,8% ; en hausse de +1,2% ajusté des fermetures d'agences en Allemagne et en Espagne
    • Amérique du Nord : +6,9%, soutenue par les Etats-Unis
    • Asie-Pacifique : -0,1% ; en progression de +2,9% retraité de l'impact de la cession en Australie
  • En données comparables et à nombre de jours courant, les ventes sont en hausse de 3,0%, incluant un effet calendaire de +1,1% et un effet cuivre de -0,3%
  • En données publiées, les ventes progressent de 2,7%, incluant les effets de change (+0,3%) et de périmètre (-0,5%)

RÉSULTAT NET EN HAUSSE DE 45,6% SUR L'ANNÉE 2018 ET RÉSULTAT NET RECURRENT EN PROGRESSION DE 12,8%

AUGMENTATION DU DIVIDENDE PROPOSÉ A 0,44€ PAR ACTION, PAYABLE EN NUMÉRAIRE

Chiffres clés1    T4 2018 Variation3    2018 Variation3
Ventes   3 496,9M€   13 365,7M€  
En données publiées     +2,7%   +0,5%
En données comparables et à nombre de jours courant     +3,0%   +3,8%
En données comparables et à nombre de jours constant     +1,9%   +3,5%
EBITA ajusté²   173,3M€ +8,9% 608,3M€ +6,1%
En pourcentage des ventes   5,0%   4,6%  
Variation en points de base2   +27 bps   +10 bps  
EBITA publié   172,0M€ +6,0% 600,4M€ +1,1%
Résultat opérationnel   56,9M€ na 409,8M€ +27,2%
Résultat net   -25,9M€ +56,2% 152,3M€ +45,6%
Résultat net récurrent   90,5M€ +9,7% 328,1M€ +12,8%
FCF avant intérêts et impôts   300,4M€ -64,3M€ 357,0M€ -27,0M€
Dette nette en fin de période       2 030,4M€ Réduction de 0,5%

1 Cf. définition dans la section "Glossaire" de ce document ; 2 A périmètre et taux de change constant et en excluant (i) l'amortissement des actifs incorporels reconnus dans le cadre de l'affectation du prix des acquisitions et (ii) l'effet non-récurrent lié aux variations du prix des câbles à base de cuivre 3 T4 & 2017 retraités des impacts IFRS 9 et 15

Patrick BERARD, Directeur Général, a déclaré :

« Après deux années de travail intense, nous avons atteint avec succès nos objectifs stratégiques. Nous avons réalisé neuf trimestres consécutifs de progression des ventes. Nous avons enrichi notre portefeuille de « Plus de clients et plus de références », poursuivi notre désendettement, et finalisé, avec la récente vente de nos activités non-industrielles en Chine, notre programme initial de cession d'actifs. Nous avons significativement amélioré nos activités aux Etats-Unis et en Europe, notamment en Allemagne et en Espagne, et nos importants investissements dans le digital se matérialisent notamment par la croissance du nombre de clients multicanaux actifs. Avec un modèle économique renforcé, Rexel est désormais mieux à même de faire face à des variations de marché et créer de la valeur.

Nos initiatives devraient continuer à porter leurs fruits en 2019 et contribueront à la poursuite de la croissance rentable. Conformément à nos ambitions à moyen-terme et en prenant l'hypothèse d'un environnement macroéconomique globalement inchangé, nous visons pour l'année 2019 une progression des ventes à nombre de jours constant comprise entre 2% et 4% (hors effet défavorable de 1% provenant des fermetures d'agences en Allemagne et en Espagne), une croissance de l'EBITA ajusté comprise entre 5 et 7% et la poursuite du désendettement. »

                                                                                                                                                                                                         

ANALYSE DES RESULTATS AU 31 DÉCEMBRE 2018

  • Les états financiers, au 31 décembre 2018, ont été arrêtés par le Conseil d'Administration qui s'est tenu le 12 février 2019. Ils ont été audités par les commissaires aux comptes.
     
  • Les états financiers au 31 décembre 2017 ont été retraités pour tenir compte du changement de méthode comptable, relatif à l'adoption des normes IFRS 9 « Instruments financiers » et IFRS 15 « Produits des activités ordinaires tirés des contrats conclus avec les clients » ; ce retraitement a eu pour effet une diminution de 0,2 million d'euros du résultat opérationnel (celui-ci s'élevait à 322,3 millions d'euros en 2017, tel que publié le 31 décembre 2017, et s'élève à 322,1 millions d'euros, tel que retraité).
  • Les termes suivants : EBITA publié, EBITA ajusté, EBITDA, Résultat net récurrent, Free cash-flow ou Flux net de trésorerie disponible et Endettement financier net sont définis dans la section « Glossaire » de ce document.
  • Sauf mention contraire, tous les commentaires sont faits en base comparable et ajustée et, pour ce qui concerne le chiffre d'affaires, à nombre de jours constant.

VENTES

Au 4ème trimestre, les ventes ont progressé de 2,7% en données publiées (retraitées de l'impact IFRS 9 & 15) et sont en hausse de 1,9% en données comparables et à nombre de jours constant, reflétant une forte dynamique aux Etats-Unis.

Au 4ème trimestre, Rexel a enregistré des ventes de 3 496,9M€, en hausse de 2,7% en données publiées, incluant :

  • Un effet de change positif de 10,5M€ (soit +0,3% des ventes du T4 2017), principalement lié à l'appréciation du dollar américain, partiellement compensé par la dépréciation de la couronne suédoise, des dollars australien et canadien et du yuan chinois par rapport à l'euro ;
  • Un effet de périmètre net négatif de 17,8M€ (soit -0,5% des ventes du T4 2017), résultant des cessions en Asie du Sud-Est ;
  • Un effet calendaire positif de 1,1 point.

En données comparables et à nombre de jours constant, les ventes ont progressé de 1,9%, incluant un effet négatif lié aux variations du prix des câbles à base de cuivre (-0,3% au T4 18 vs. +1,6% au T4 17).

Sur l'ensemble de l'année 2018, Rexel a enregistré des ventes de 13 365,7 millions d'euros, en hausse de 0,5% en données publiées. En données comparables et à nombre de jours constant, les ventes progressent de 3,5%, incluant un effet favorable de 0,4% lié aux variations du prix des câbles à base de cuivre.

La hausse de 0,5% des ventes en données publiées inclut :

  • Un effet de change négatif de 327,8M€ (soit -2,5% des ventes 2017), principalement lié à la dépréciation des dollars américain, australien et canadien et de la couronne suédoise par rapport à l'euro ;
  • Un effet de périmètre net négatif de 98,6M€ (soit -0,7% des ventes 2017), dû aux cessions en Asie du Sud Est ;

             

Europe (54% des ventes du Groupe) : -0,8% au T4 et +1,7% sur l'année en données comparables et à nombre de jours constant

Au 4ème trimestre, les ventes en Europe ont baissé de 0,5% en données publiées, incluant un effet de change négatif de 6,2M€ (principalement dû à la dépréciation de la couronne suédoise par rapport à l'euro). En données comparables et à nombre de jours constant, les ventes ont diminué de 0,8% (+1.2% retraités des fermetures d'agences en Allemagne et en Espagne).

  • Les ventes en France (38% des ventes de la région) ont diminué de 1,3%, en raison d'un effet de base défavorable, d'une baisse des projets (2 clients exportateurs) et d'une baisse d'activité temporaire en décembre. Par marchés finaux, les ventes ont été soutenues par une demande bien orientée dans les marchés résidentiel et industriel ;
  • Les ventes en Scandinavie (14% des ventes de la région) ont enregistré une croissance de 5,2% avec une bonne dynamique en Suède, en progression de +5,4%, portée par les dépenses publiques et les grands installateurs qui ont plus que compensé la baisse d'activité dans le résidentiel. La Norvège est en hausse de +8,7% et la Finlande de +0,3% ;
  • Au Royaume-Uni (10% des ventes de la région) les ventes ont diminué de 6,4%, principalement en raison d'un volume d'activité moindre de 6 grands comptes nationaux (contribution : -2,0%), et de la fermeture de 33 agences (-1,4% de contribution). De plus, les incertitudes politiques restent élevées ;
  • Le Benelux (10% des ventes de la région) a affiché une croissance solide de 13,0%, avec une bonne dynamique en Belgique (+14,6%), grâce notamment à la progression des ventes d'équipements photovoltaïques (contribution de +2,7%) et à l'acquisition d'une agence dans la région de Courtrai (contribution de +3,0%), ainsi qu'aux Pays-Bas, en progression de +11,4% ;
  • Les ventes en Allemagne (9% des ventes de la région) sont en baisse de 15,9%, en raison de la transformation initiée dans le pays afin de recentrer les ventes sur des activités rentables (segment industriel au niveau national et installateurs dans le sud du pays). Retraitées des 17 fermetures d'agences, les ventes sont globalement stables avec une bonne dynamique dans l'industrie des métaux ;   
  • En Suisse (6% des ventes de la région), les ventes ont progressé de 6,9% (important contrat remporté - contribution de 2,9%) dans un environnement qui demeure concurrentiel.

Amérique du Nord (37% des ventes du Groupe) : +6,9% au T4 et +6,1% sur l'année en données comparables et à nombre de jours constant

Au 4ème trimestre, les ventes en Amérique du Nord sont en hausse de 10,9% en données publiées, intégrant un effet de change positif de 24,9M€ (principalement dû à l'appréciation du dollar américain par rapport à l'euro). En données comparables et à nombre de jours constant, les ventes progressent de 6,9%, tirées par les Etats-Unis et le Canada.

  • Aux États-Unis (79% des ventes de la région), les ventes ont progressé de 8,5% en données comparables et à nombre de jours constant. La croissance des ventes a été principalement tirée par tous nos marchés, avec le secteur industriel en hausse de plus de 10% et les secteurs résidentiel et commercial en forte hausse à un chiffre :
    • Nos initiatives produisent leur effet, avec une contribution à la croissance des ventes du trimestre de 2,4% provenant des ouvertures d'agences (+48 en 2017/2018) en ligne avec nos objectifs, et un gain d'environ 3 600 nouveaux clients ;
    • Un impact commercial positif de notre nouvelle organisation par région, avec des croissances soutenues à deux chiffres dans les régions de Denver, Californie, Texas et Floride compensant une croissance moindre dans l'Est du pays ;
  • Au Canada (21% des ventes de la région), les ventes sont en hausse de 1,3% en données comparables et à nombre de jours constant, principalement grâce à une bonne performance du marché minier de potasse (contribution de +1,7%).

Asie-Pacifique (9% des ventes du Groupe) : -0,1% au T4 et +5,2% sur l'année en données comparables et à nombre de jours constant

Au 4ème trimestre, les ventes en Asie-Pacifique ont baissé de 6,7% en données publiées, incluant un effet périmètre négatif de 17,8M€ résultant de la cession de nos activités en Asie du Sud Est et un effet de change négatif de 8,2M€ en raison de la dépréciation du dollar australien et du yuan chinois face à l'euro. A données comparables et à nombre de jours constant, les ventes ont diminué de 0,1% (+2,9% retraité de l'impact de la cession d'une partie de notre activité industrielle en Australie).

  • Dans le Pacifique (48% des ventes de la région), les ventes sont en baisse de 6,4% en données comparables et à nombre de jours constant :
    • En Australie (81% du Pacifique), les ventes du T4 18 ont reculé de 8,5%, ou de 1,8% retraité de l'impact de la cession de l'activité d'automatismes industriels Rockwell dans le pays (contribution de -6,6%), à cause d'un effet de base défavorable et d'un déclin du nombre de projets commerciaux dans le secteur public ;
    • En Nouvelle-Zélande (19% du Pacifique), les ventes ont progressé de 3,5%.
       
  • En Asie (52% des ventes de la région), les ventes progressent de 6,4% :
    • En Chine (81% de l'Asie), les ventes ont progressé de 9,3%, malgré un effet de base défavorable (+12,0% au T4 2017). La demande sous-jacente reste bien orientée dans les produits et solutions d'automatismes industriels. Le secteur du détail et du commercial a pesé négativement durant le trimestre et sur l'ensemble de l'année 2018. Un accord a été signé sur la cession de cette activité (48,9M€ sur les ventes de l'année 2018).
    • Moyen-Orient et Inde (19% de l'Asie). L'Inde a enregistré de solides performances, en hausse à 2 chiffres, grâce à une forte activité dans les automatismes industriels, compensant l'impact négatif dû à un projet important au Moyen-Orient, qui avait profité au T4 17 (contribution de -0,9% sur les ventes de l'Asie-Pacifique).  

PROFITABILITÉ

Marge d'EBITA ajusté de 5,0% au T4, en hausse de 27 points de base

Au 4ème trimestre, la marge brute est stable par rapport à l'année précédente, s'établissant à 24,7% des ventes, grâce aux Etats-Unis (en progression de 49 points de base à 23,2%) et à l'Asie-Pacifique (+60 points de base à 18,5%), compensant celle de l'Europe (en baisse de 30 points de base à 26,8%). Les opex (y compris amortissements) ont représenté 19,8% des ventes, soit une amélioration de 27 points de base d'une année sur l'autre. En conséquence, l'EBITA ajusté s'est élevé à 173,3M€, en hausse de 8,9%, représentant 5,0% des ventes, en progression de 27 points de base par rapport à l'année précédente.

Au T4 18, l'EBITA publié a représenté 172,0M€ des ventes (incluant un effet non-récurrent du cuivre négatif de 1,3M€), en hausse de 6,0% par rapport au T4 17.

Sur l'ensemble de l'année 2018, la marge brute s'est élevée à 24,7% des ventes, en baisse de 3 points de base, et les opex (y compris amortissements) ont représenté 20,1% des ventes, une amélioration de 13 points de base par rapport à l'année précédente. La contribution positive de l'effet volume et une bonne maîtrise des coûts neutralisent l'effet des investissements dans le digital et en ressources humaines ainsi que l'inflation des coûts et salaires dans certains marchés.

  • En Europe, la marge brute s'est établie à 26,8% des ventes, en baisse de 24 points de base par rapport à l'année précédente en raison des pays en transformation (Allemagne et Espagne) et d'un environnement concurrentiel en Norvège. Durant l'année 2018, nos frais administratifs et commerciaux (amortissements inclus) se sont améliorés de 5 points de base, s'élevant à 21,1% des ventes, grâce notamment à l'effet volume et une bonne maîtrise des opex qui ont neutralisé l'inflation des coûts (environ 1,6% durant le trimestre) ainsi qu'une moindre absorption des dépenses de frais généraux au Royaume-Uni ;  
     
  • En Amérique du Nord, la marge brute s'est établie à 23,1% des ventes. Cela a représenté une amélioration de 41 points de base par rapport à l'année précédente, principalement grâce à des initiatives en matière de prix et également à une concentration de nos fournisseurs. Les opex (amortissements inclus) sont stables (-1 point de base par rapport à l'année précédente) à 18,9% des ventes grâce à un effet volume qui fait plus que compenser l'inflation des salaires et des coûts de transports et les investissements en ouvertures d'agences et en ressources humaines ;
  • En Asie-Pacifique, la marge brute s'est établie à 18,1% des ventes, en légère baisse de 2 points de base par rapport à l'année précédente, et les opex (amortissements inclus) se sont améliorés de 65 points de base. La contribution positive des volumes en Chine et l'impact positif lié à un phasing de projet au Moyen-Orient ont compensé les effets de la cession de l'activité d'automatismes industriels Rockwell en Australie ;
  • Au niveau Holding, les opex s'élèvent à 31,4 millions d'euros, contre 32,9 millions d'euros il y a un an, avec des investissements dans le digital et une poursuite de la réduction des couts de siège.

En conséquence, l'EBITA ajusté s'est établi à 608,3M€, en hausse de 6,1% sur l'ensemble de l'année 2018.

La marge d'EBITA ajusté a augmenté de 10 points de base à 4,6% du chiffre d'affaires, reflétant :

· une détérioration de la marge d'EBITA ajusté en Europe à 5,6% des ventes, en baisse de 19 points de base ;

· une marge d'EBITA ajusté en Amérique du Nord à 4,2% des ventes, en hausse de 40 points de base ;

· une amélioration de la marge d'EBITA ajusté en Asie-Pacifique à 2,0% des ventes, en hausse de 64 points de base.

Sur l'ensemble de l'année, l'EBITA publié s'est élevé à 600,4M€ (incluant un effet non-récurrent du cuivre négatif de 7,9M€), en hausse de 1,1% d'une année sur l'autre. L'année 2017 a bénéficié d'un impact positif de 13,9M€ sur l'EBITA publié, résultant de l'effet non-récurrent du cuivre, tandis que l'année 2018 a enregistré une contribution négative de 7,9M€.

RÉSULTAT NET

Résultat net à 152,3M€ sur l'année 2018, en hausse de 45,6%

Résultat net récurrent en hausse de 12,8% à 328,1M€ sur l'année 2018

Le bénéfice d'exploitation sur l'année s'est établi à 409,8M€, contre 322,1M€ sur l'année 2017.

  • L'amortissement des actifs incorporels résultant de l'allocation du prix d'acquisition s'est élevé à 15,7M€ (contre 19,0M€ sur 2017) ;
  • Les autres produits et charges ont représenté une charge nette de 174,9M€ (contre une charge nette de 253,0M€ sur 2017). Ils comprenaient 82,5M€ de coûts de restructuration (contre 35,4M€ en 2017 à périmètre comparable) principalement en Allemagne et en Espagne. Est également inclus le montant de 61,9M€ résultant de la dépréciation des écarts d'acquisition en Norvège, en Finlande et en Espagne ainsi que 25,4M€ relatif à la cession de l'activité de détail et de la quasi-totalité de notre activité commerciale en Chine (répertorié comme actifs destinés à être cédés dans le bilan)

Les charges financières nettes se sont élevées à 100,6M€ sur l'année (contre 145,6M€ sur 2017). Les deux périodes comprenaient des charges liées aux opérations de refinancement :

  • L'année 2018 comprenait une charge nette de 1,1M€ liée à la renégociation du contrat de crédit senior en janvier 2018 ;
  • L'année 2017 comprenait une charge nette de 18,8M€ liée au remboursement anticipé (i) du solde restant des 330 millions de dollars américains de l'émission obligataire d'avril 2013 et (ii) des 500M€ de l'émission obligataire de mai 2015. L'année 2017 a également été impactée par une charge non récurrente de 10,9M€ liée à l'actualisation de lettres de crédit dues par des organismes financiers étrangers ;

Retraitées de ces charges nettes et de l'impact IFRS 15 en 2017 (contribution de +0,3M€), les charges financières nettes ont diminué de 115,9M€ sur 2017 à 99,5M€ sur 2018. Cette évolution reflète principalement une baisse de l'endettement moyen et de notre coût de financement, grâce aux différentes opérations de refinancement de 2017. Sur l'ensemble de l'année, le taux d'intérêt effectif moyen sur la dette brute a été réduit de 37 points de base par rapport à l'année précédente : il s'est établi à 2,81% sur 2018 (contre 3,18% sur l'année 2017).

L'impôt sur le revenu sur l'année 2018 a représenté une charge de 157,0M€ (contre 71,9M€ sur 2017 retraités de l'impact IFRS 15), reflétant une hausse du taux d'impôt (50,8% vs 40,7% sur 2017). En 2017, notre taux d'impôt a bénéficié d'un gain exceptionnel relatif à la réforme fiscale américaine. En 2018, le taux d'impôt est nettement supérieur à notre niveau normatif de 33% en raison de la non-déductibilité de la dépréciation des écarts d'acquisition et en l'absence de reconnaissance de l'impôt différé actif des frais de restructuration en Allemagne et en Espagne.  

Le résultat net a augmenté de 45,6% à 152,3M€ sur l'année (contre 104,6M€ sur l'année 2017).

Le résultat net récurrent s'est élevé à 328,1M€, en hausse de 12,8% par rapport à 2017 (voir annexe 2).

STRUCTURE FINANCIèRE

Free cash-flow avant intérêts et impôts positif de 357,0M€ sur l'ensemble de l'année 2018

Le ratio d'endettement s'élève à 2,67x au 31 décembre 2018

Sur l'ensemble de l'année 2018, le free cash-flow avant intérêts et impôts a été un flux positif de 357,0M€ (contre un flux positif de 384,0M€ en 2017). Ce flux net comprenait :

  • Une diminution des dépenses d'investissement (93,8M€ contre 110,3M€ sur 2017) incluant la cession d'actifs en Australie. Les dépenses brutes d'investissement se sont élevées à 122,1M€ en 2018.
  • Un flux négatif de 161,8M€ dû à la variation du besoin en fonds de roulement en données publiées (contre un flux négatif de 118,5M€ en 2017), provenant des stocks plus élevés en Amérique du Nord dans le but d'améliorer le service et de soutenir la croissance ainsi que de l'étalement diffèrent des taxes relatives aux ventes.  

Au 31 décembre 2018, la dette nette s'est établie à 2 030,4M€, en recul de 0,5% par rapport à l'année précédente (elle était de 2 041,2M€ au 31 décembre 2017).

Elle prenait en compte :

  • 85,3M€ de frais financiers nets versés sur l'année 2018 (contre 101,6M€ sur l'année 2017),
  • 80,7M€ d'impôt sur le revenu versé en 2018 (contre 102,5M€ en 2017). Cette baisse d'impôt sur le revenu s'explique par le remboursement de 22M€ du surplus d'acompte payé au titre de l'exercice précédent, ainsi qu'au remboursement de la taxe de 3% sur les dividendes pour 8M€.
  • 22,4M€ d'effet de change défavorable sur l'année 2018 (contre un effet positif de 111,0M€ en 2017).

Au 31 décembre 2018, le ratio d'endettement (dette financière nette / EBITDA), calculé selon les termes du contrat de crédit Sénior, s'est établi à 2,67x contre 2,84x au 31 décembre 2017.

AUGMENTATION DU DIVIDENDE PROPOSÉ A 0,44€ PAR ACTION, PAYABLE EN NUMÉRAIRE

Rexel proposera à ses actionnaires un dividende de 0,44€ par action, soit 2 centimes de plus comparé à l'an dernier, représentant 41% du résultat net récurrent du Groupe. Cela est conforme à la politique de Rexel de distribuer au moins 40% de son résultat net récurrent.

Ce dividende, payé en numéraire début juillet 2019, sera soumis à l'approbation de l'Assemblée Générale des actionnaires qui se tiendra à Paris le 23 mai 2019.

FINALISATION DE NOTRE PROGRAMME DE CESSION

Avec la vente de notre commerce de détail et de la quasi-totalité de notre activité commerciale en Chine, conclues au 4ème trimestre, ainsi que la réorganisation au Royaume-Uni, Rexel a finalisé son plan de cession. Nous avons atteint nos objectifs avec un impact positif de 25 points de base sur la marge d'EBITA ajusté du Groupe (comparé à l'année 2016) et une réduction des ventes de l'ordre de €650 millions.

MODIFICATION DE REPORTING

 A partir de 2019 et en ligne avec les pratiques françaises de marché, Rexel présentera ses résultats semestriels et annuels, et communiquera uniquement sur ses ventes au premier et troisième trimestre. Ce changement permettra au Groupe d'améliorer son efficacité opérationnelle.

En 2019, Rexel appliquera la norme comptable IFRS 16, à compter du 1er semestre 2019, avec un comparable pour le 1er semestre 2018. Ce changement aura pour conséquence les impacts estimés suivants sur nos chiffres de 2018 (sous réserve de modifications du proforma final et soumis à la revue des auditeurs) :

  • Hausse de la dette nette de €0,9 milliard, qui sera publiée sous « Contrat de locations » au bilan
  • Hausse de la marge d'EBITDA de 150 points de base
  • Hausse de la marge d'EBITA de 30 points de base
  • Absence d'impact/reclassification au niveau du tableau de financement
  • Cette évolution n'affectera pas la flexibilité financière de Rexel car le calcul du ratio d'endettement, selon RCFA, ne tiendra pas compte de la norme IFRS 16.

FEUILLE DE ROUTE STRATEGIQUE ET PERSPECTIVES

Rexel a achevé avec succès la première étape de ses objectifs stratégiques, en consolidant sa présence géographique, en refondant son modèle opérationnel, en faisant progresser son chiffre d'affaires digital, et en renforçant sa structure financière, faisant de Rexel un groupe plus robuste.

Rexel entame désormais sa deuxième étape, pour parachever sa transformation en un groupe de service axé sur l'utilisation des données, offrant plus de solutions connectées dans un univers de la distribution de produits électriques en rapide mutation.

Conformément à notre ambition à moyen-terme, et en prenant l'hypothèse d'un environnement macroéconomique globalement inchangé, nous visons pour 2019, à périmètre et taux de change comparables :
· une croissance des ventes à nombre de jours constant comprise entre 2% et 4%, hors effet défavorable de 1% provenant des fermetures d'agences en Allemagne et en Espagne ;
· une croissance de l'EBITA1 ajusté comprise entre 5% et 7%;
· la poursuite de l'amélioration du ratio d'endettement (dette nette / EBITDA2).

1 En excluant (i) l'amortissement des actifs incorporels reconnus dans le cadre de l'affectation du prix des acquisitions et (ii) l'effet non-récurrent lié aux variations du prix des câbles à base de cuivre. A périmètre comparable et change moyen 2018, nous estimons un impact de +€1 millions sur notre EBITA ajusté 2019.

2 Calculé selon les termes du contrat de crédit Senior

NB : Les impacts estimés par trimestre (i) des effets calendaires par géographie, (ii) des variations de périmètre de consolidation et (iii) des effets de change (fondés sur des hypothèses de taux moyens sur le reste de l'année pour les principales devises du Groupe) sont présentés en détail en annexe 5.

CALENDRIER

30 avril 2019                                     Résultats des ventes du 1er trimestre 2019          

23 mai 2019                                       Assemblée Générale

INFORMATION FINANCIERE

Le rapport financier au 31 décembre 2018, est disponible sur le site web de Rexel (www.rexel.com) dans la rubrique « Information réglementée » et a été déposé auprès de l'Autorité des Marchés Financiers.

Une présentation des résultats du 4ème trimestre et de l'année 2018 est également disponible sur le site web de Rexel.

AU SUJET DU GROUPE REXEL

Rexel, expert mondial de la distribution professionnelle multicanale de produits et services pour le monde de l'énergie, est présent sur trois marchés  résidentiel, tertiaire et industriel. Le Groupe accompagne ses clients pour leur permettre de gérer au mieux leurs activités en leur offrant une gamme adaptée et évolutive de produits et services de maîtrise de l'énergie pour la construction, la rénovation, la production et la maintenance.

Présent dans 26 pays, à travers un réseau de près de 2 000 agences, Rexel compte près de 27 000 collaborateurs. Son chiffre d'affaires a atteint 13,37 milliards d'euros en 2018.

Rexel est coté sur le marché Eurolist d'Euronext Paris (compartiment A, symbole RXL, code ISIN FR0010451203) et figure dans les indices suivants : SBF 120, CAC Mid 100, CAC AllTrade, CAC AllShares, FTSE EuroMid, STOXX600. Rexel fait également partie des indices ISR suivants : FTSE4Good, STOXX® Global ESG Leaders, Ethibel Sustainability Index Excellence Europe, Euronext Vigeo Eiris Eurozone 120 Index et du Dow Jones Sustainability Index Europe, grâce à sa performance en matière de responsabilité sociale d'entreprise.

Pour plus d'information : www.rexel.com

CONTACTS

ANALYSTES FINANCIERS / INVESTISSEURS

Ludovic DEBAILLEUX +33 1 42 85 76 12 ludovic.debailleux@rexel.com
     

PRESSE

Elsa LAVERSANNE +33 1 42 85 58 08 elsa.laversanne@rexel.com
Brunswick: Thomas KAMM +33 1 53 96 83 92 tkamm@brunswickgroup.com

 

GLOSSAIRE

L'EBITA PUBLIE (Earnings Before Interest, Taxes and Amortization) est défini comme le résultat opérationnel avant amortissement des actifs incorporels reconnus dans le cadre de l'affectation du prix des acquisitions et avant autres produits et charges.

L'EBITA AJUSTE est défini comme l'EBITA retraité de l'estimation de l'effet non récurrent des variations du prix des câbles à base de cuivre.

L'EBITDA (Earnings Before Interest, Taxes, Depreciation and Amortization) est défini comme le résultat opérationnel avant amortissements et avant autres produits et charges.

LE RESULTAT NET RECURRENT est défini comme le résultat net ajusté de l'effet non récurrent du cuivre, des autres produits et autres charges, des charges financières non récurrentes, déduction faite de l'effet d'impôt associé aux éléments ci-dessus.

LE FREE CASH-FLOW ou FLUX NET DE TRÉSORERIE DISPONIBLE est défini comme la variation de trésorerie nette provenant des activités opérationnelles, diminuée des investissements opérationnels nets.

L'ENDETTEMENT FINANCIER NET est défini comme les dettes financières diminuées de la trésorerie et des équivalents de trésorerie. La dette nette inclut les dérivés de couverture.

ANNEXES

Pour consulter les annexes, merci d'ouvrir le fichier PDF en cliquant sur le lien en fin de communiqué

HUG#2234687